La garde des dieux

La garde des dieux guilde de l'alliance sur open-wow
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Rp de Bàlanar] Le Docteur

Aller en bas 
AuteurMessage
C'est toi =)



Messages : 37
Date d'inscription : 12/04/2010

MessageSujet: [Rp de Bàlanar] Le Docteur   Mar 4 Mai - 22:46



~~~~~~~~~~Présentation du personnage ~~~~~~~~~~

Nom & Prenom :


Alex Mercer

Pseudonyme :

Le Docteur

Age :

25 ans

Race :

Vampire

Occupation :

Pirate

Rang Spécial :

Mauvais Pirate

Métier :

Docteur, psychopathe

Equipement :

Il possède un scalpel en granit marin offert pas sa famille de vampire, ils possèdent aussi plusieurs couteaux qui sont caché dans sa veste rouge, dans son costard il ne possède qu'un seul couteau de 20 centimètre pour pouvoir poignarder les gens en toute discrétion, pour ceux de sa veste ils sont surtout là pour le style car sortir huit couteaux, un entre chaque doigt sa c'est le style. Pour ce qui est de tuer à distance, non il ne les lance pas car devoir racheter un couteau après chaque lancé c'est un peu cher alors Le Docteur a tenté de créer un six-coups mais malheureusement celui-ci s'enraye assez facilement donc le docteur doit quand même se rapprocher de sa cible pour avoir plus de chance de la toucher.

Physique :

On pourrait penser de par son nom que Le Docteur possède une blouse blanche tachée de sang et qu'il se balade scalpel à la main près à couper tout ce qui bouge. Mais la réalité en est autre car malgré ses tendances psychopathes, Le Docteur sait rester discret. Il possède un grand manteau rouge recouvrant l'entièreté de son corps, son manteau rouge lui vint d'un marchant de tissu qui prétendait vendre un tissu que rien ne peut tâcher, il est vrai que c'était un charlatan mais le rouge de cette veste permet aussi au Docteur de cacher les traces de sang sur celle-ci. Son chapeau ,quand à lui, lui sert pour pouvoir enfuir sa tête dedans pour ne pas être reconnu même si c'est ce n'est pas vraiment discret de se cacher derrière un "costume" rouge. Pour parfaire son accoutrement il possède une paire de lunettes noires qui lui donne en même temps un air mystérieux, classe et intelligent. Malgré tout le Docteur s'est quand même introduit dans la société, il se vêtit parfois d'un costard pour passer discrètement les foules. Quand il marche dans ce costume c'est avec une certaine classe qu'il se sent marcher, il se prend pour un riche bourgeois n'ayant aucun problème financier. Malheureusement la réalité est autre, pour ses expériences et son matériel le Docteur doit débourser de grosse somme et ce n'est pas son modeste cabinet qui arrive à couvrir ses frais, alors il n'est pas rare de croiser un marchant à qui il doit de l'argent c'est pourquoi ce costume est bien pratique. Enfin réellement c'est juste un homme parmi les hommes, un gardien pour préserver l'humanité. Enfin, son culte pour la déesse Baal est à l'instar de celui des mayas, toute les pleines lunes notre "héros" choisi une vierge à sacrifier pour son culte. Cela lui a donné sa réputation de fou car en dehors de ses sacrifices Le Docteur cherche à perfectionner la race humaine en tentant de lui greffer les meilleurs qualité des animaux mais son manque de matériel le pousse souvent à l'échec. Il n'est pas rare de croisé des gens à qui il manque un bras ou une jambe si vous tournez dans la région. Ne pensez pas que ce sont de simple accident comme par exemple une scie tombée, un combat, non c'est juste une tentative de plus sur le compte du Docteur.

Son anatomie est peu être fort laide mais bien utile car après plusieurs tentative notre docteur à réussi à se greffer plusieurs "don" de la nature sur son propre corps. Son nez est le premier élément qu'il a voulu changer car il sentait le potentiel de transformation au première tentative il ne parvint à avoir qu'un odorat que très légèrement améliorer mais à présent il se trouve avec un nez comparable à celui d'un chien et reconnait n'importe qu'elle odeur. Ses oreilles quand a elle n'ont pas été changée, car aucun animal n'a vraiment de quoi donner en matière d'ouïe ou du moins aucun animal que Le Docteur connaisse, donc ses oreilles sont comparable à deux récepteurs normaux qui ont pour ainsi dire les mêmes capacités que des oreilles humaines de base ni plus ni moins. Ses yeux noirs sont si profond que on pourrait plonger dedans et se confondre avec l'abime, mais ses yeux possèdent plusieurs capacités intéressante, la première est un soupçon de nyctalopie, les yeux de chat étant très fragile Le Docteur n'a pas sur préserver tout le potentiel, ajouté à cela l'œil du faucon on peut dire que c'est intéressant, mais comme les yeux de chat reluisent et semblent jaunes dans la nuit ceux du Docteur aussi, les soirs de pleine lune on peut apercevoir les yeux du docteur rougir progressivement. Ses lèvres sont quand a elle aussi rouge que les péripatéticienne de la rue mais pas pour les même raison, celle du docteur sont gorgée de sang en permanence car il semble avoir développé une anomalie à cet endroit précis.

Si nous descendons un peu sur le corps du docteur nous remarquons que autour de son cou se trouve une sorte de petite écharpe, cet écharpe pourrais paraitre anodine car il est vrai son but premier n'est que éthique mais dans cette écharpe redoutable se cache un long fil de nylon pour pouvoir étrangler les gens par derrière tout en ayant l'air tout à fait décontracté l'acte accompli. Mais ce n'est pas tout, cette écharpe représente aussi son appartenance au clan des adorateurs de Baal, c'est en quelque sorte leur signe de distinction, sa leur permet de s'éviter pour ne pas qu'il se sacrifie entre eux où qu'ils choisissent la même victime.

L'anatomie du Docteur est fort complexe car il ne ressemble quasi en aucun point au homme de son temps et qu'il change régulièrement de forme, mais nous allons commencé par sa carrure en générale. Il est fin tel un oiseau, non il ne peut pas voler n'exagérons pas mais son corps tout fin lui permet à l'instar des oiseaux de se déplacer en vitesse mais de ce gain de vitesse résulte une contraindre qui n'en est pas moindre, en rendant ses os plus légers comme les oiseaux il se rend beaucoup plus fragile et les fractures deviennent alors courantes.

Enfin ces bras,ses bras étaient étrangement musclé par rapport à l'ensemble de son corps. Il n'y avait aucune ressemblance avec le reste de son corps, il explique tout simplement cela par le fait que il doit être assez fort pour maintenir ses "patients" et que si ils dorment ils doit parfois les portés. Ses jambes avaient pour elles une taille normale mais une détente apparemment hors du commun. Elles ressemblaient à de gros ressort dont on aurait colorié la peau. La puissance qu'il pouvait amener dedans était à l'opposé de ce que ses jambes laissaient croire, il a déjà surpris plus d'un marine à sa poursuite par sa vitesse assez peu ordinaire.

Tel une enveloppe, le corps nous donne une idée de son contenu tel une enveloppe nous donne une idée de la lettre à l'intérieur.L'âme serais la lettre, pleine d'élément important, de souvenirs et de sentiments. Mais cet accoutrement n'est pas pour Le Docteur qu'un vulgaire couverture qui ne reflète pas son caractère. On remarque qu'il est discret, mystérieux et pourtant imposant le respect et la crainte. Après tout cette description on ne peut pas vraiment dire que la gente féminine raffole du Docteur. Il n'en a d'ailleurs que faire car le secret de la reproduction n'a aucun secret pour lui et il peut donc s'en servir à son désir.


Caractère & morale :

Dans son esprit tant de chose se bouscule, il se prend pour le créateur mais en même temps vénère une divinité qui serais à l'origine du monde. Je vais pour vous essayer de décortiquer la pensée de cet énigmatique personnage à l'allure si étrange. Donc comme dis au dessus il se prend pour Le créateur de la race supérieure aux hommes, un mélange entre l'homme et l'animal, même si cela ne reste que des expériences sans but bien précis ,excepté celui d'améliorer les humains; il se considèrent quand même déjà comme le créateur de cette race en quelque sorte il s'auto-vénère car il est lui aussi un mélange d'homme et d'animaux.

Il est donc le fondateur de sa "religion" mais il vénère une autre déesse, vous comprenez à présent la difficulté d'expliquer le mental de se personnage. Sa religion, intéressons nous un peu à celle-ci, elle se rapproche du gothique de base mais en étant bien plus destructrices. Baal prône la purification du monde par les flammes de l'enfer et encourage chacun de ses membres à tuer/purifier le plus de gens. Il trouve les humains faibles par rapport à certaine force de la nature. Bien sur ses serviteurs ne sont pas de simples humains, la plupart son des vampires, hybrides, ou bien des chimères.

Le culte de cette "secte" restreinte consiste à porter l'écharpe rouge signe de domination sur les humains normaux mais aussi signe d'obéissance. C'est pourquoi Le Docteur ne la porte que pendant les cérémonies car devoir se soumettre ne lui plait pas plus que sa. Puis ils choisissent ensemble une vierge et la traque. Ensuite la vierge doit être sacrifiée un soir de pleine lune et doit mourir à minuit. Plus elle est jeune et belle plus on peut dire que le sacrifice est réussi.

Passons maintenant au sept pêchés capitaux qui sont pour le culte de Baal de simple émotion mais qui doivent choquer les plus croyants d'entre vous. Pour commencer la haine, il y a une seule chose que Le Docteur déteste, les femmes, elles sont faibles et que très peu utiles à l'humanité, elles font le ménage et la cuisine tant de chose inutile à une vrai survie car sa les hommes savent le faire. La seule chose qui le pousse à laisser cette sous-race en vie c'est le fait qu'elle permette au homme de se faire plaisir mais aussi de procréer pour permettre la survie de leur race. L'amour, en vue de la haine qu'il porte au femme expliquée ci-dessus, il est clair que l'amour envers les femmes ne la jamais vraiment attiré, par contre l'amour qu'il porte à la science et ses dérivées et sans limite, se tenant ou du moins essayant d'être toujours à jour par rapport au nouvelle invention, on peut donc dire aisément que les sciences font partie intégrante de sa vie et que elles ont dépassées le stade de passion. La luxure, sujet tabou pour quelqu'un d'aussi sérieux que lui car il n'est pas du genre à être voyeur enfin, comme tout homme certaine femme ne le laissent pas sans aucun effet mais la raison le reprend assez vite et il peut retourner à des occupations plus productives. L'avarice, le gain d'argent à toujours été une préoccupation pour lui car l'argent amène le succès et peu être deviendra-t-il un éminent scientifique grâce à ses recherches mais son manque de moyen le ralentit cruellement. L'envie, il est vrai que Le Docteur envie les scientifique connus, les riches, ils envient tous les gens qui ont réussi là où lui a échoué. La gourmandise, Le Docteur mange peu voir très peu car se nourrir coute cher et que il suffit de s'injecter les bons nutriments pour faire baisser l'envie de manger. Donc vous ne verrez pas le Docteur s'empiffrer à moins que ce service soit gratuit, là il ne pourra s'empêcher de tout manger. La paresse, dans cette course à la recherche de l'homme parfait seul les plus fort y arriveront c'est pourquoi Le Docteur travaille sans relâche pour arriver à ses fins, dans ce cas-ci on ne peut parler de paresse. La colère, Le Docteur en est remplie, l'amertume de ne pas réussir le ronge et il n'est pas rare qu'il tue ses patients pour une petite erreur, car pas vu pas pris donc personne ne saura comment le patient est mort, Le Docteur n'éprouve aucun remord, aucune pitié envers ses pauvres cobayes qu'il utilise pour ses propres fins.

Passons au Docteur pendant une confrontation, il veut d'abord prendre les gens par surprise se faisant passer pour un malheureux et pauvre Docteur tout faible avant de les tuer dans le dos pendant que son adversaire aura pris pitié. C'est le genre d'homme à se lancer dans un plan après avoir tout étudier, le mot improvisation ne fait donc pas partie de son vocabulaire même si, et il a honte de l'avoué, il fait ses expériences à l'improviste, il tente de coupler deux choses ensemble et puis regarde le résultat. Il n'est donc pas rare que des choses surprenantes se produise dans son modeste atelier.


Techniques Spéciales :

En cours

Histoire :

En cours

Rêve / But :

Devenir le meilleur docteur et être reconnu en tant que éminent scientifique.

Post RP : (Un post rp est en fait un texte où vous mettez votre personnage en action. Décrivez donc les lieux où il est, les personnes qu'ils rencontrent. Il y a aussi un peu de dialogue évidemment... Le tout dans le but de nous montrer que vous savez écrire un texte mettant en action votre personnage. Le thème est libre. Il est possible de prendre un RP d'un autre forum en précisant son origine.)[/i][/center]


Dernière édition par C'est toi =) le Mar 4 Mai - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
C'est toi =)



Messages : 37
Date d'inscription : 12/04/2010

MessageSujet: Re: [Rp de Bàlanar] Le Docteur   Mar 4 Mai - 22:47


Histoire

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été ici. Enfermé sous terre, ou alors en déroute, fuyant un prédateur dont j’ignorais souvent jusqu’à l’existence. Au début, à vrai dire, je considérais toutes ces fuites comme étant un jeu. Un simple jeu. Sans me douter une seule fois que ma vie était en danger. Pire, je n’avais même pas conscience que chaque seconde m’était précieuse, que je devrais lutter pour obtenir chacune d’entre elle. Mais j’allais bientôt le réaliser. L’histoire qui suit est celle que l’on m’a narré. Je ne peux garantir sa véracité, connaissant la personne qui me l’a déballé. Il pourrait tout aussi bien s’agir d’un sordide mensonge. Mais c’est ce à quoi je crois. À votre plaisir de vouloir imaginer votre propre version.

Aux dires, je n’avais que trois ans quand tout est arrivé. Ma vie avant cet âge, elle ne vous intéresse pas, car elle a été des plus normales. Mes parents étaient d’honnêtes travailleurs, toujours errants sur les routes pour vendre le fruit de leur labeur. À ce qu’on m’a dit, ils s’arrêtaient de temps à autre dans une grande ville de l'île ou on vivait, où ils avaient une maison à leur nom. J’ignore où et quand je suis née ainsi que mon nom de famille. Je prétendrai donc que c’est de cette ville que je suis native, bien que je ne le sache pas plus que vous. Bref, c’était un jour pluvieux. Le ciel était envahi de nuages gris et, à ce qu’on m’a dit, les routes étaient glissantes. Le chariot contenant à la fois les marchandises et notre famille avançait un peu trop rapidement pour les conditions. Mon maître m’a révélé qu’une roue avait dérapée. Les chevaux s’étaient emballés, et mon père avait perdu le contrôle. Bientôt, le chariot avait chaviré, et déboulé le faussé qui longeait la route. Mes parents n’y avaient pas survécus. Je peux sans mal m’imaginer la scène : Les éclairs zébrant le ciel, les restes du chariot, les deux chevaux dont la vie s’était brisée et, sous la toile, un mouvement, et les pleurs du gosse que j’étais à cette époque.

Je n’ai jamais pu expliquer sa décision. J’ignore pourquoi il a choisit de s’encombrer d’un môme de trois ans. Je n’étais même pas en âge de comprendre ce qui m’arrivait. Il a seulement était mon maître, que j’ai très vite considérer comme mon père. J’ignore si il en fut autant pour lui. De cet homme, je sais juste qu’il m’a élevé et qu’il m’a entraîné. Toute mon enfance, il m’a aidé à développer mon pouvoir, tout en m’apprenant à lire et à écrire, en une seule langue. À ses côtés j’appris aussi à compter, l’histoire de ce pays ainsi que sa géographie, et les croyances et coutumes des différentes îles qu'il connaissait. Mais plus que tout, avec lui, j’appris la confiance. Ça peut sembler vieux jeu, oui. Mais c’est grâce à cela qu’aujourd’hui, je suis c’que je suis. J’ai grandi entourée de criminels notoires, mais aussi de bons hommes, en sachant que mon avenir serait le même que le leur. Je devrais irrémédiablement travailler à leurs côtés, de front contre un adversaire des plus redoutables. Dans une telle situation, il est primordial de faire confiance à son partenaire, et de réagir aux ordres sans hésitation. Hors, il est difficile d’accorder sa confiance à des inconnus. Mon maître m’a aidé à vaincre la tension qui m’envahissait lorsque je me retrouvais près de mes coéquipiers.

Nous étions partis pour en entraînement des plus normal. À l’époque, j’avais treize ans. Quant on y repense, ça ne fait pas si longtemps. L’activité du jour : pratique du maniement du Katana. Je m’étais déjà souvent exercée au maniement de cette arme, mais je n’étais certes pas préparée à ce que mon maître allait m’imposer. Sans explications, il me plaça un bandeau sur les yeux et m’indiqua par la suite qu’il approcherait neuf troncs d'arbres. Ils m’entoureraient, ainsi que mon maitre. Dos à moi, immobiles. Je devrais n’en laisser qu’un. Par la suite, il m’ordonna de tourner sur moi-même. Et c’était parti. Dépourvus de tout repaire, je n’savais qu’une chose : Je devais éliminer les neuf troncs. Parmi ces neuf-là, j’avais une chance sur neuf de toucher mon maître. Et c’était une question de hasard. Je ne pouvais me servir de mes sens pour différencier le vrai des troncs.

Il me laissa 20 secondes. La pression montait, et j’n’avais plus le choix. Je devais frapper. Je me suis donc avancée de quelques pas, et la lame de mon sabre a sifflé dans l’air, arrêtant sa course dans le bois d'un des troncs. Ce dernier tomba en silence et, revigorée par cette réussite, je me mis à frapper un à un, comptant le nombre d’éliminés. Huit. Il n’en restait plus que deux. Mon sabre fendit l’air pour la dernière fois, et vint terminer sa course en déchirant un flanc. Mais le bruit adoucit d’explosion retentit derrière moi. En entendant une plainte, tout près, j’arrachai mon bandeau et m’agenouillai près de mon maître. j'suis allé appelé immédiatement un médecin.

À mon grand étonnement, je ne perçu ni colère, ni déception dans le regard de mon maitre. Il se contenta de m’appuyer gentiment une main sur l’épaule, une fois qu'ils eurent terminé de le soigner. Je me souviens encore de ses paroles.
Il m'avait alors expliquer que si javais réussis ou que j'avais échoues cette épreuve l’importait très peu. Car après peu de temps il avait calculé ses chances de réussite, et il en était venu à la même conclusion : il était presque impossible que il ne se fasse pas touché. Mais l’important, c’est que malgré tout, il n’a pas bougé. I ne m’en demande pas moins, maintenant.

Et sans attendre, il se banda lui-même les yeux. Je sentis l’appréhension me gagner en comprenant ce qu’il attendait de moi. Je n’avais pourtant pas le choix. Désobéir à mon maitrepourrait très bien me coûter l’exil. Je ramena donc neuf tronc aussi grannds que ma personne, et les disposai en cercle autour de mon maitre, qui tournait déjà sur lui-même. Dos à lui, je fermai les yeux et serrai les poings en entendant l’un de mes rondins tomber, plus loin. Un à un, ils furent éliminés, et plus le nombre diminuait, plus mes bras tremblaient. J’avais peur, c’était indéniable. En attendant de sentir la douleur fulgurante du sabre labourant ma chair, je serrai d’avantage les paupières. Et le neuvième tronc tomba. L’improbable s’était produit : je n’avais pas été touchée. Je me retournai vers mon maitre en silence et constata que ce dernier souriait paisiblement. Je lui avait fait confiance, malgré tout. Il m'avait d'ailleurs recommander de faire pareil avec mes amis, peu importe à quel point la situation semble dangereuse.’’

Les années ont passés, et mon maitre péri. Comment? On a refusé de m’expliquer ce fait, malgré mes protestations. Il est mort en chassant, une chasse où je ne pouvais pas l’accompagner. Il ne m'a laissé qu'une chose, son katana que je me jura de garder. Mais sans mon maitre, les premiers jours, je me suis sentit perdu. Perdu et affreusement seul. En fait, c’était la première fois que je réalisais à quel point, seul, j’étais. Ni ami, ni famille. Alors à quoi m’accrocher? À un souvenir, en me remémorant de vieilles paroles? Je savais que ça ne me suffirait pas. Il me fallait absolument trouver un but, mais j’ignorais par où commencer. Je choisis donc de faire ce qui semblait être le plus à ma porter : me mêler a la vie pour laquelle on m’avait éduqué depuis mes trois ans. Chasseur de primes en haute mer. Que savais-je de ses gens, mis à part que mon maître en était un? Dans toute l’innocence de mes vingt ans ans, je tentai de me faire bien voir de ces gens, sans même savoir quels étaient leurs desseins. Et peu à peu, leurs principes devinrent les miens. ‘‘De par une terreur générale, nous créerons une paix inviolable.’’. Suis-je dans le faux en croyant ces paroles? Peut-être bien, mais c’est ce à quoi je m’accroche, à présent. Certes, j’ai eu des moments de doutes. Très souvent, j’ai imaginé un enfant tremblant de peur dans une maison en ruine, atterré sur le cadavre de ses parents. Et je me suis dit qu’en restant chasseur je risquais de provoquer de telles situations. Pourtant, je n’ai jamais plié. J’ai été plus fort que mes doutes et mes peurs.

J’ai toute ma vie été élevé par un maitre génial. Par lui, j’ai acquis toutes mes valeurs, mes connaissances et mes techniques. Mais j’ai aussi appris plus. J’ai appris de lui jusqu’au sens de la vie. Je ne suis qu’un gamin, mais j’irai jusqu’au bout, pour achever coup après coup la guerre que l’homme immature a installer sur ce monde qui leur a été offert. Mensonge ou vérité? À vous de le déterminer. En tout cas, moi, c’est ma vérité.

Mon histoire aurait pu s'arrêter là mais elle ne faisait que commencer, j'étais depuis peu partisan de Baal, j'étais un des plus faibles mais ils m'avaient tout de même accepté car il voyait en moi un potentiel. Je participais à leur réunion dans le but d'apprendre j'avais airé sur la mer en quête de savoir et il m'avait recueilli. J'étais maintenant un des leurs, mais à l'époque il n'y avait que un famille de vampire qui adorait Baal, j'étais comme un fils pour eux, il m'avait recueilli hébergé et nourri. Au début j'ai cru que ma vie était ici et qu'elle se finirait sans doute aussi ici mais je me suis bien vite aperçu que je n'avais pas la même patience que les vampires et rester dans cette demeure cloitré à longueur de journée est une chose que je ne peux plus supporter. Alors, dans la plus grande discrétion je me suis épris d'amitié avec la plus jeune mais aussi la plus jolie de la famille. Après un mois de dure labeur pour la charmer j'avais enfin obtenu ce que j'attendais, qu'elle me transforme en vampire pour qu'elle puisse m'aimer comme un semblable malheureusement son père ne l'entendait pas de cette oreille et me chassa de la maison, moi qu'il considérait comme un fils. Errant j'ai rencontrer une autre communauté sur une île dont je ne citerais pas le nom de peur que des centaines de mes fans y aillent, non je voulais dire que la centaine de personne auquel je dois de l'argent me retrouve. Là j'appris à devenir un vrai docteur mais bon un vrai docteur dans le culte de Baal ne représente rien de bon pour mes patients.

La séance est terminée
Revenir en haut Aller en bas
 
[Rp de Bàlanar] Le Docteur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Euh.... quoi de neuf docteur?
» La Coterie du Docteur Sca'hrossar
» Recrutement d''Allo-Docteur [close]
» Rapport d'activités de Docteur.sean
» La méthode du docteur Chestel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La garde des dieux :: La Taverne du BlaBla-
Sauter vers: